RAPPORT DE L’ATELIER DE SENSIBILISATION, BANDJOUN, 27 AU 28 AOUT 2015

logo

Cercle dans lequel il y a la carte du Cameroun (pour indiquer la dimension nationale du projet) et une personne aux yeux bandés (symbole de la déficience visuelle) assise devant un ordinateur portable. Tout autour du cercle on a l’abréviation ANAUMIC en grands caractères, suivie de sa définition en petits caractères.


RAPPORT DE L’ATELIER DE SENSIBILISATION ET DE FORMATION AUX TIC ADAPTÉES AUX AVEUGLES CAMEROUNAIS, BANDJOUN, 27 AU 28 AOUT 2015




Retour page Rapports Ateliers_



Introduction

A la faveur de la poursuite de ses missions de vulgarisation des TIC adaptées aux déficients visuels Camerounais, l’Association Nationale des Aveugles Utilisateurs du Matériel Informatique du Cameroun (ANAUMIC), a organisé un atelier dans les locaux de la Délégation Départementale des Affaires Sociales du Koung-Khi à Bandjoun, à l’intention des non voyants de la Région de l’Ouest du Cameroun.
En effet, cet atelier, cinquième du genre et auquel a pris part les représentants du préfet du département du Koung-Khi, du Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI), du Maire de la commune d’arrondissement de Pete Bandjoun et du Délégué départemental des Affaires sociales du même département, a mobilisé 10 déficients visuels participants, des guides et quatre animateurs de l’ANAUMIC, avec en bonne place son président, formateur principal.
Les travaux se sont tenus du 27 au 28 août 2015 et ont été ponctués par une cérémonie d’ouverture, une séquence d’initiation aux TIC et à l’audiodescription et une cérémonie de clôture.
Le présent rapport a pour but de dresser un compte rendu des activités qui ont meublé le séjour de deux jours des experts de l’ANAUMIC dans le chef-lieu du département du Koung-Khi.


I- Activités de la journée d’ouverture de l’atelier

Avant d’aborder ce chapitre, il convient de rappeler que conformément à son calendrier initial, l’équipe de l’ANAUMIC est arrivée dans la ville de Bandjoun dans la nuit du 26 au 27 août 2015.
Elle a déposé ses valises dans les locaux du Complexe Hôtelier de Bandjoun pour attendre les activités de démarrage de l’atelier servant de prétexte à leur présence dans cette ville. C’est également en ces lieux qu’elle a logé les participants venus de quatre autres départements de la région de l’Ouest prenant part à ces travaux.


1- Des participants

Cet atelier régional a connu la participation de 10 aveugles venant de 5 des 8 départements que compte la région grenier du Cameroun. De manière précise, l’on a noté la présence de 03 non voyants du Koung-Khi, 01 des Hauts Plateaux, 01 des Bamboutos, 02 de la Menoua et 03 du Noun.
Faute de moyens de transports, beaucoup d’autres aveugles intéressés par cet atelier n’ont pas pu faire le déplacement de Bandjoun. La cérémonie d’ouverture a permis de rentrer dans les activités proprement dites.


2- Cérémonie d’ouverture

Initialement prévu pour commencer à 10h, c’est finalement à 11h 30 que la cérémonie officielle de lancement des travaux de l’atelier de Bandjoun a pris son envol, avec l’arrivée des autorités administratives et politiques de la ville.

2.1- Minute de silence à l’honneur du maire de Bayangam

L’atelier se tenant dans le contexte du dernier hommage au regretté André Sohaing, décédé en fin du mois de juillet, les organisateurs ont jugé opportun d’observer une minute de silence en mémoire de cette élite politique, maire de la commune de Bayangam, laquelle a contribué financièrement à la réalisation de ce projet régional.

2.2- Exécution de l’hymne national

Juste après la minute d’hommage bien méritée consacrée au défunt maire de Bayangam, l’on est passé à l’exécution de l’hymne national du Cameroun, à l’effet d’éveiller en chacun des participants, l’esprit patriotique et la volonté de travailler avec ardeur pour le développement de notre chère patrie. Le temps des allocutions est venu donner un coup d’accélérateur aux travaux.

2.3- Mot de bienvenue du Délégué Départemental des Affaires Sociales du Koung-Khi

En qualité de principal patron des locaux accueillant les activités de l’atelier de Bandjoun, Madame Colette MEBOU, représentante du Délégué départemental des Affaires sociales du Koung-Khi a pris la parole en premier, au nom du Délégué empêchée, pour souhaiter une chaleureuse bienvenue aux autorités, à l’équipe de l’ANAUMIC ainsi qu’aux participants à cet atelier.
Puis elle a salué cette initiative louable qui s’inscrit en droite ligne de la politique d’inclusion sociale chère au président de la République, son Excellence Paul Biya, et mise en œuvre par le gouvernement à travers le Ministère des Affaires sociales. Elle a invité les participants à tirer avantageusement partie de ces travaux pour assurer leur meilleure intégration sociale.


2.4- Mot du président de l’ANAUMIC

Le président de l’ANAUMIC dans son mot, a présenté l’association en insistant sur le contexte de sa création et ses principaux axes stratégiques d’action sur le terrain. L’ANAUMIC a-t-il relevé a vu le jour en 2008, suite à la volonté manifeste d’un groupe d’aveugles formés en informatique adaptée et soucieux de prolonger l’œuvre de sensibilisation, de formation et de vulgarisation de cette technologie au bénéfice de leurs congénères.
Ses axes stratégiques se résument en l’organisation des ateliers de sensibilisation et de formation aux TIC adaptées à la déficience visuelle, la projection de l’audio description, la facilitation de l’acquisition et du dépannage des outils informatiques. Il a recommandé aux participants de tirer le meilleur de tout ce qui sera fait à Bandjoun pendant les deux jours que va durer l’atelier.

2.5- Mot d’ouverture de l’atelier par Madame le Préfet du Koung-Khi

L’allocution d’ouverture officielle de l’atelier a été prononcée par Madame Laure Ouambo, Chef de Service des Activités Socio-culturelles, Représentante de Madame le Préfet du Département du Koung-Khi empêché, qu’entouraient pour la circonstance Madame Colette Mebou, Représentante du DEDAS du Koung-Khi et Madame le troisième adjoint au Maire de la Commune de Pete Bandjoun.
Après avoir loué l’action de l’ANAUMIC, elle a remercié ses dirigeants pour le choix porté sur le département du Koung-Khi pour abriter les travaux de cet atelier. Elle a également souligné l’intérêt que les autorités administratives dudit département portent aux préoccupations liées à l’insertion sociale des personnes handicapées en général, et à celle des aveugles et malvoyants en particulier.
En rappelant l’importance des TIC dans notre société contemporaine, elle a invité les participants à être attentifs aux enseignements qui leurs seront transmis par les experts de l’ANAUMIC venus de Yaoundé.
Après l’ouverture officielle de l’atelier, deux autres activités majeures ont clôturé cette séquence d’inauguration, à savoir l’exposé liminaire de M. Urbain Serge Kenne, Chargé des projets et des études à l’ANAUMIC, sur l’importance des TIC dans la vie des aveugles et une séance de démonstration pratique de l’usage d’un ordinateur portable par Robert Tadadjio, Délégué régional de l’ANAUMIC pour l’Ouest.

2.6- Exposé sur l’importance des TIC dans la vie des Aveugles

Au cours de cet exposé, le chargé des projets à l’ANAUMIC, a présenté les bénéfices que la maîtrise des TIC permet d’engranger non seulement dans l’inclusion sociale mais aussi dans l’éducation des non et malvoyants.
Il ressort de cette intervention que les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont susceptibles d’améliorer les conditions d’apprentissage des déficients visuels camerounais, notamment par leur propension à faciliter l’accès à la documentation via leur numérisation ou leur embossage (impression en braille) et à renforcer leur autonomisation. Au plan social, il a été démontré que la connaissance des TIC permet aux non voyants d’accroître leurs relations sociales en les sortant de l’isolement.
En revanche, le chargé des projets à l’ANAUMIC a indiqué que le principal défi pour les non voyants camerounais est non seulement la difficulté d’accès aux logiciels et autres produits adaptées qui coûtent extrêmement chers, mais aussi la mobilisation des pouvoirs publics, de la société civile et des partenaires internationaux pour la réduction du fossé numérique qui empêche les aveugles d’entrer résolument dans la société de l’information et la nouvelle économie du savoir et par ricochet, de participer au développement de leur pays.


2.7- Démonstration pratique de l’appropriation des TIC par un aveugle

A la suite de l’exposé présenté par le chargé des projets, la phase pratique de l’utilisation d’un ordinateur par un non-voyant a été conduite par Robert Tadadjio. Dans un premier temps, il a rappelé les circonstances dans lesquels il est entré en contact, pour finalement tomber amoureux de l’informatique adaptée.
Sa démonstration a eu pour point de départ la présentation des avantages qu’offrent les NTIC aux aveugles. A partir de son ordinateur portable, il a montré qu’il a accès à des dictionnaires numériques, notamment à partir du didacticiel DIC qui comporte des entrées en noms communs, synonymes, traduction, encyclopédies, etc.


photo

une vue des participants à la formation

photo

On voit deux participants très attentifs pendant la formation


Il a aussi montré qu’il a désormais accès à Internet, où il peut faire des recherches, envoyer des mails via Outlook Express. Le point culminant de cette démonstration a été l’ouverture d’un fichier WORD qui lui a permis de procéder à la saisie et au traitement d’un texte, sous les regards attentifs des autorités et du cameraman de la chaîne de télévision LWC venu de Bafoussam pour assurer la couverture de l’événement. Cette manipulation s’est faite sans anicroche, ce qui a impressionné non seulement les autorités mais aussi les participants non voyants assoiffés de tourner le dos à l’analphabétisme numérique.
Après cette phase pratique, le chapitre d’ouverture solennelle de l’atelier de Bandjoun va se terminer par une photo de famille et une pause déjeuner. C’est au sortir de cette trêve ayant permis de se refaire les forces que la formation proprement dite a démarré.


2.8- Début de la formation

C’est à la mi-journée que la formation proprement dite a débuté, sous la coordination du Président de l’ANAUMIC. De manière précise, l’équipe devant conduire cette phase déterminante était constituée comme suit :
Coordinateur : Daniel Kengni Tiomo
Facilitateurs : Mohamadou Sani, Robert Tadadjio, Silvice Tchouagoua, Urbain Serge Kenne.
Assistants/guides : Anne Laure Tezanou, Kenkia Zangue.
Le contenu de la formation a porté pour l’essentiel sur l’écoute de JAWS et la maîtrise du clavier, élément principal qui ouvre le contact entre les aveugles et l’ordinateur. Ainsi, le clavier standard (modèle 105 touches) a été présenté.



photo

On voit le formateur devant ses apprenants

photo

photo de Mohamadou en pleine facilitation!


Puis, la découverte de l’organisation spatiale a suivi, avec pour point focal le pavé alphanumérique. Ici, l’accent a été mis sur la rangée d’appui (QSDF GH JKLM), ainsi que les deux autres qui l’entourent.
Pour atteindre les objectifs poursuivis, la salle des conférences de la DEDAS du Koung-Khi a été configurée de la manière suivante : deux tables avec chacune un ordinateur portable ; quatre claviers français repartis équitablement à chacune des tables.

A la fin de la première journée de travail, avant de rejoindre le Complexe Hôtelier de Bandjoun pour passer la nuit, des indications pratiques ont été données aux participants.

II- Activités de la deuxième journée de l’Atelier

1- Rappel de la journée précédente

Pour démarrer les activités du deuxième jour, Romaric Pako Patio l’un des participants, s’est fait le devoir de brosser en rappel les travaux de la veille. En bon élève, il a été fidèle dans sa présentation.

2- Suite de la formation et de la sensibilisation

En ce qui concerne la deuxième journée, la pratique a porté sur la saisie directe sur un ordinateur. C’était émouvant de savoir que les participants étaient attentifs la veille, et qu’ils ont pu, pour la majorité, maîtriser la disposition des lettres de l’alphabet français situées sur les trois rangées du clavier d’un ordinateur.

3- Moment d’échange entre apprenants et formateur

A la suite de cette dernière articulation pratique de l’atelier, M. Daniel KENGNI, a ouvert un échange avec les participants. Le but était de recueillir leurs impressions et leurs préoccupations, afin d’envisager les différentes solutions aux obstacles liés à l’accès aux TIC.
C’est M. Victor Fotso, participant du Koung-Khi, qui a pris la parole en premier. Il a commencé par exprimer sa gratitude envers les organisateurs de l’atelier, et a par ailleurs espéré que cette initiative se répète.
Il a soulevé, en guise de regret, le problème de communication dans le Koung-Khi car beaucoup d’aveugles n’étaient pas informés de la rencontre. Le problème de manque de clavier pour pouvoir s’exercer chacun chez soi afin de ne pas perdre la main a également fait l’objet de ses doléances.
Par la suite M. Mohamadou Sani, participant du Noun, quant à lui, a exprimé sa fierté par rapport à la tenue de l’atelier. Puis, il n’a pas manqué d’exhorter les autres participants à s’approprier un clavier standard, pour pouvoir réviser les rudiments reçus à domicile.
M. Onesiphore Simo Tadie, représentant de Mme. le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation quant à lui, a rappelé à chaque participant d’utiliser les dix doigts sur le clavier, et de faire des efforts pour se procurer un clavier, même si cela se fait à partir du lieu de provenance du participant.
Ainsi, l’idée de s’organiser pour envoyer une personne se former à Yaoundé afin de revenir par la suite former les autres a aussi été suggérée. A l’endroit des organisateurs, une demande générale de sensibilisation /formation plus intense et à étaler sur plus d’une semaine a été faite.
Pour clôturer ce moment d’échanges, le président de l’ANAUMIC M. Daniel Kengni a relaté brièvement l’évolution et les buts de l’association. Il a demandé à tous les participants d’« oser », pour continuer la formation, qu’il ne faut pas attendre les grandes réalisations pour faire quelque chose.
Par ailleurs, il a demandé aux parents, de laisser sortir les aveugles de la maison, afin que ces derniers soient épanouis. C’est suite à ces consignes qu’un terme a été mis à cette phase d’échange très attendue. La fin de la vulgarisation a cédé place au moment de la projection de l’audio description.

5- Découverte de l’audio description par les participants

Il a été intéressant pour les participants de faire la découverte d’un film audio décrit ayant pour titre « No et moi ». Ceci étant, ces derniers se sont rendus compte à travers ce film éducatif de Zabou Breitman, qu’ils pouvaient profiter des sensations du cinéma comme tout le monde.

6- Cérémonie de clôture de l’atelier et conclusion

Concernant la cérémonie de clôture de l’atelier, c’est l’arrivée de Madame le Préfet du Koung-Khi qui a mis fin à séance de projection d’un film en audio description. C’était également un instant de découverte pour elle.
Après quelques formalités d’usage, le programme a été déroulé par le Chargé des projets et des études à l’ANAUMIC, et exécuté comme suit :
Tout d’abord, le Président a dressé oralement le bilan des deux jours de travaux. On retiendra que l’étape de Bandjoun aura été révélatrice des talents dont regorgent les aveugles.
Parce que les participants de Bandjoun ont développé des méthodes suffisamment faciles par exemple pour la maîtrise des techniques de saisie. Il a par ailleurs admiré et félicité l’assiduité, la ponctualité et la participation active des apprenants. Il n’a pas oublié de dire la gratitude de l’ANAUMIC à l’endroit de tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à la tenue de cet atelier.
Sur insistance de Mme la représentante du chef de l’unité administrative abritant l’atelier, un des participants, M. Victor Fotso a été invité à prendre la parole pour partager les connaissances engrangées durant les deux jours de travail, ce qui a également servi de baromètre d’évaluation du succès de l’atelier. Il a résumé la session, en revenant avec précision sur les temps forts de la formation, notamment la présentation des touches de la rangée d’appui. Il a terminé son intervention par des mots de gratitude à l’endroit de l’ANAUMIC pour cette initiative louable.
Pour mettre un point final à cette cérémonie de clôture, Mme la représentante du Préfet a remis solennellement et dans l’ordre de mérite, les attestations de participation aux apprenants. On retiendra que Romaric était le premier à recevoir son attestation des mains de la représentante du Préfet. Car, ayant en moins de 24 heures réussi à saisir une phrase sans erreurs de frappes.
Dans son mot de clôture, Mme la représentante du Préfet, a loué l’initiative de l’ANAUMIC, et a émis le souhait de voir ce projet continuer. Elle a aussi souhaité que les participants puissent tirer le meilleur de l’atelier qui s’achève à Bandjoun. En les rassurant du soutien des pouvoirs publics, elle leur a demandé de se battre déjà à partir de leur famille pour se doter d’un ordinateur, afin de poursuivre la formation.
Une photo de famille en guise d’au revoir et d’immortalisation des attestations reçues est intervenue après le mot conclusif de l’autorité administrative.
En définitive, c’est par un repas collectif que les rideaux sont tombés sur l’atelier régional de sensibilisation, de formation et de vulgarisation des TIC adaptées aux aveugles dans la Région de l’Ouest à Bandjoun les 27 et 28 août 2015./p><



Fait à Bandjoun, le 28 août 2015



Le chargé des projets et des études, Urbain Serge KENNE

Le président de l’ANAUMIC, Daniel KENGNI TIOMO




Retour page Rapports Ateliers_


Contact


POUR TOUTES VOS DEMANDES, REMARQUES OU SUGGESTIONS, ENVOYEZ UN E-MAIL A :


Association Anaumic_Cliquez ici :


Renseignements complémentaires au :
(+237) 243 56 70 34
699 48 06 88
674 73 57 56
691 83 87 81



Adresse Postale:
B.P. 159
YAOUNDÉ
Cameroun

Retour page Rapports Ateliers_